Chibanis Oubliés

mercredi 22 avril 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 7%

Chibanis Oubliés

Tahar Ben Jelloun la qualifiait de « plus haute des solitudes ». Étrangers ici, émigrés là-bas, confinés de chez confinés dans les foyers du cap Janet ou les meublés insalubres de Belsunce ou de Noailles, d’une santé comme d’une démarche vacillantes, ce sont les Chibanis.

On les croise au détour de la rue d’Aix ou se chauffant sur les bancs de la place Louise Michel, attablés au café Prinder à Noailles, ils font partie de notre paysage et leur silhouette familière me manque et rend la ville veuve de leur présence.

Venus d’Algérie entre 1951 et 1971, ils ont reconstruit le territoire brisé par la guerre et ont largement contribué à la richesse de Marseille. Sidérurgistes, ouvriers du bâtiment, grutiers, brigadiers, ces travailleurs précaires aujourd’hui à la retraite ne gagnaient pas suffisamment pour rentrer au bled.

Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux ont la démarche fragile des déracinés, coincés dans un entre-deux temporaire devenu permanent. Au début, ils prévoyaient bien de repartir un jour au pays, et puis les années ont passé, emportant de loin en loin un retour fantasmé. Les liens avec la famille se sont distendus et ils restent comme ça, le cul entre deux rives.

Alors Abdallah, Ahmou, Mohamed, Ramdane, Salah, Sebti, Tahar et tous les autres soldats inconnus de la croissance, la nôtre bien sûr, finissent leurs vieux jours à Marseille, seuls toujours plus seuls.

Il ne reste aujourd’hui que ces corps et ces cœurs brisés, le dos cassé, le sang et les poumons rongés par les peintures toxiques et les poussières d’amiante, les travaux de carénage, les vignes, le bâtiment, l’horticulture...

Après une vie inscrite en pointillé entre les deux rives de la Méditerranée, ils sont devenus des étrangers partout, des présences si discrètes que nous n’y avions jamais prêté attention.

Perdus entre deux rives, n’effaçons pas leur trace.

Hervé Thomas.

Et puis vous pouvez aussi écouter cette chanson de Zebda qui rend hommage aux Chibanis : https://www.youtube.com/watch?v=UnMnSabUHw0


Annonces

ENCADRER LES LOYERS à Marseille

Pétition en ligne à signer ; comme Paris, Lille, Lyon ou Villeurbanne, la Ville de Marseille peut mettre en place un encadrement des loyers.
Ci-dessous le lien vers la Tribune publiée dans la Marseillaise avec les premières associations signataires :

https://www.lamarseillaise.fr/socie...

et le lien vers la pétition :
https://www.change.org/p/encadremen...