Écho

vendredi 24 avril 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 58%

L’ÉCHO

Stop ou encore ?

Hervé a lancé la question sur le mur du site et a tendu l’oreille ; las ! il n’a pas capté les murmures désolés des adhérents et adhérentes timides ou discrets, des lecteurs qui n’aiment pas écrire… et pourtant, il y en a ! Seul l’écho lui semblait revenir ; il a relancé sa question sur les parois molles du Conseil d’Administration.

Molles ce n’est pas tout à fait ça…. Absorbantes, voilà, c’est ça : une paroi qui absorbe les chocs, qu’ils soient stratégiques, naturels ou cris d’angoisse….

D’un côté, c’est pratique pour la solidité de notre association, de l’autre, la force d’inertie est parfois démesurée.

Comme ne dit pas le proverbe, trop de mesure vaut démesure !

Et pourtant, écoute Hervé, voilà le murmure qui enfle, le bruit qui devient CRI : ENCORE !

Bien sûr que c’est un plaisir de lire chaque matin, ou parfois un peu plus tard, les nouveaux textes des un.e.s et des autres.

En plus, chaque texte est bien différent, même du même auteur ; en plus, en on vient à peine de découvrir de nouveaux (elles) écrivains (vaines) très prometteurs-teuses.

Oui, c’est difficile quand on est confiné.e – et confiné.e seul.e - de maintenir l’enthousiasme, oui la déprime vient ; elle vient des malentendus, des mutismes inhabituels, des sentiments d’abandon.

Elle vient d’une alternance de crainte devant l’ampleur des tâches à accomplir, et de sentiment d’inutilité.

Au début, j’étais comme Christine Findal, je dormais étonnamment bien pendant ce confinement ; mais c’est bien fini depuis quelques jours ; endormie à minuit, réveillée à 1 h 30 et impossible de retrouver le sommeil, j’essaye les recettes habituellement soporifiques : boire et se recoucher, faire des sudokus, chasser le moustique, faire des mots fléchés, lire un livre ennuyeux ; rien n’y fait, j’alterne les larmes et les retournements intempestifs.

Pour ce qui est d’une métamorphose, un virus a déjà commencé à contaminer la rubrique : vous savez comment ? Certains textes se répondent …. C’est le virus de la polémique…

Les uns parlent d’ordre, les autres répondent désordre.

Une question est posée : elle appelle une réponse.

C’est un virus dangereux ; il faut le contenir dans l’intérêt de la rubrique, mais à dose homéopathique et juste pour des sujets que l’on sait sans importance, ça donne un peu de pétillant.

Christine Mead.


Annonces

ENCADRER LES LOYERS à Marseille

Pétition en ligne à signer ; comme Paris, Lille, Lyon ou Villeurbanne, la Ville de Marseille peut mettre en place un encadrement des loyers.
Ci-dessous le lien vers la Tribune publiée dans la Marseillaise avec les premières associations signataires :

https://www.lamarseillaise.fr/socie...

et le lien vers la pétition :
https://www.change.org/p/encadremen...