La double peine

samedi 25 avril 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 34%

La double peine

Il y a deux jours, pluie, de quoi assombrir encore les conditions du confinement mais la nécessité d’agir m’assaille et je me rends à l’un des nombreux points de solidarité qui ne doivent rien aux pouvoirs publics c’est tout de même hallucinant, je pars avec un masque confectionné avec une serviette en papier et deux tranches de chaussettes en guise d’élastique, les chaussettes du masque-chaussette impeccable me dit mon pharmacien sauf que pour qu’une chaussette fasse un masque convenable il faut des mollets de troisième ligne des mollets de Sébastien Chabal et mes mollets sont plutôt de troisième catégorie, je remonte la rue pour attraper un bus et bien évidemment la pluie asperge mon masque qui me colle au nez du coup je récupère les tranches de chaussettes et range la serviette pliée détrempée dans ma poche car évidemment aucune poubelle en vue. Personne dans le bus qui fait un double trajet car l’autre est en panne bon sang un seul bus par heure dans le quartier et pas moyen d’en trouver un pour remplacer l’autre, personne dans le métro non plus et quand j’arrive au local je longe une interminable queue devant l’épicerie arménienne c’est vrai le ramadan arrive les gens repartent avec pas grand-chose dans leur sac c’est la double peine pas de grande surface pour des courses à faible coût pas de rassemblement joyeux et communautaire à la tombée de la nuit, pas de mosquée et sûrement pas de pitié de la part des phobes de tous poils, la double peine pour les quartiers populaires les quartiers bâillonnés enfin façon de dire car pas de protection pour les quartiers populaires, bâillonnés quand même par une répression à bas bruit racisés ostracisés humiliés les gens qui ne sont rien les logements sur-occupés insalubres l’aumône pour les gratuités des cantines scolaires et encore faut-il avoir des papiers, j’arrive au local logistique au poil consternée devant le nombre de familles dans le besoin le corona comme révélateur d’un virus social plus dramatique encore il est temps de retrousser les manches et surtout les babines.

Louise Édouard 24 avril 2020.


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...