La laïcité une fois encore malmenée !

samedi 18 avril 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 69%

La laïcité une fois encore malmenée !

On en apprend tous les jours ! Aujourd’hui, je veux profiter du temps qui m’est donné pour m’indigner (une fois encore, et ce n’est sûrement pas la dernière) sur l’utilisation du Covid-19 pour mettre à bas de nombreux principes qui fondent notre république.

L’auteur[1] qui inspire ce texte et dont je me fais le relais a baptisé ce nouveau traitement du virus la « clériquine ». Il s’adresse aux croyants de toutes obédiences confondues, enfin, pas toutes, celles qu’on appelle les « cultes reconnus », appellation issue du Concordat[2] !

Le Conseil scientifique, celui dont Macron s’assure l’appui pour prendre ses décisions (chacun a déjà pu apprécier la qualité de celles-ci) s’était fendu d’un communiqué prônant « l’accompagnement spirituel » parmi ses préconisations de lutte contre l’épidémie de COVID 19.

Cette préconisation indigne d’un organisme scientifique, a aussitôt été adoptée par nos élites gouvernantes et reprise dans un communiqué du ministère de l’intérieur.

On pourrait croire à un gag, digne de ceux du 1er avril, mais il n’en est rien ! Ce communiqué annonce la mise en place d’un « dispositif d’écoute et de soutien spirituel » par les institutions de la République « laïque ». On ne rigole pas…

Il s’agit pour ceux qui en « éprouvent le besoin » d’être mis en relation avec « une personne à même d’assurer un soutien spirituel ». Ils le seront désormais par deux intermédiaires officiels : le numéro vert gouvernemental d’information sur l’épidémie ; les équipes des établissements de santé et des professionnels médicaux. Lesquels sont tenus de les brancher sur les numéros de contact ouverts par « les principaux cultes  » et ce à nos frais ! Il ne manquait plus que ça pour alourdir la tâche de celles et ceux qui ont pour missions de traiter des problématiques de santé.

Comme le rappelle l’auteur de l’article que je relaie, la pratique religieuse est faible et en baisse régulière[3]. Cet effort au profit de minorités est choquant à l’heure où le gouvernement est incapable de nous fournir masques, tests et autres moyens efficaces pour nous prémunir de cette saleté de virus et sortir sereinement du confinement ! Et je doute que la « clériquine » puisse y contribuer. Quant aux 60% de Français athées ou qui ont pris de la distance d’avec leur religion d’origine, ils devront se passer d’un « soutien spirituel », mais peut-être n’en ont-ils pas besoin ? C’est du moins ce que pense nos gouvernants qui se contente de se faire le relais des « principaux cultes » ! La spiritualité, monopole des religions, une drôle de manière d’appréhender la «  liberté de conscience ».

Que chaque culte s’organise et s’occupe lui-même de son troupeau et que l’Etat s’abstienne de violer la loi de 1905 en reconnaissant et subventionnant certains cultes !

Comme le conclue Charles Arambourou, « Le péché d’oubli de la laïcité aura au moins son châtiment immanent : le ridicule des nouveaux cléricaux qui nous gouvernent. « Le jour d’après », ne manquons pas de le leur rappeler ».

[1] Charles Arambourou, Officiel : la « clériquine » administrée par l’État a quelques-uns avec les impôts de tous, UFAL,16 avril 2020

[2] Système auquel la loi de 1905 a mis fin.

[3] 9%, tous cultes confondus, déclaraient une « forte religiosité » en 2015, 35% une religiosité « modérée » - Enquête de l’INED « Trajectoires et origines »

Dominique Satabin.


Agenda

<<

2022

 

<<

Juin

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...