Lavandières et Bugadières

vendredi 24 avril 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 45%

Texte 13, Jour 38, 23 Avril 2020, lavandières et bugadières

Nous avons évoqué le savon ( de Marseille, bien entendu) dans ces pages, n’oublions pas de rendre hommage à celles qui en usaient tous les jours, sans qu’on leur demandât , voire en faisaient leur métier : les lavandières, ou bugadiéres.

Lavandières ou bugadières ?

Certains réservent le terme de bugadière à la lessiveuse qui servait à faire bouillir le linge, ou à l’ouvrière qui travaillait en buanderie : la buandière ; d’autres font de bugadière le synonyme de lavandière.

Voyons donc ce que dit Mistral, dans le Trésor ( référence commune et incontestée) :

Bugadiero= buandière, lavandière, blanchisseuse.
Lavandiero= qui fait le premier blanchiment des toiles neuves

La bugado / bugada, c’est la lessive ; vient de bouc, trou du cuvier à lessive ; celui-ci se nomme bugadié / bugadier ou tinèu de bugado .

La buanderie est la bugadarié, ou lou couladou / lo colador

A Marseille, les fontaines et les lavoirs permettaient à toutes celles qui n’avaient pas de lavoir chez elles ( dans la cour ou le jardin, comme on en voyait beaucoup à la Plaine, par exemple), d’aller laver « au lavoir »( lou lavadou / lo lavador, ou lavandou) avec eau chaude et cendre, plus tard avec le savon ( de Marseille, je ne le dis plus, c’est comme l’huile , forcément d’olive...).

Le savon , mais aussi le battoir, et la caisse, parfois garnie de paille, lorsqu’il s’agissait d’aller à la rivière ou que le lavoir, rustique, était au ras du sol...
Mais en ville, il était le plus souvent surélevé et, dans le meilleur des cas, couvert, à deux bassins séparés , et muni d’un bâton d’étendage.

Dans le quartier du Panier (corse et italien avant tout), il y en avait un sur la place de Lenche, un autre place de Lorette, un à la cour des miracles, rue Guintrand ; deux plus petits réservés aux familles d’ouvriers, rue Baussenque et rue du Refuge ; on y lavait les bleus des marins, le linge des charbonniers ou des peintres du bassin de carénage : du linge sale.

Il y avait aussi celui de la place des Moulins, réservé au beau linge ; hexagonal, avec deux bacs sur chaque côté, c’était le lavoir des bugadières de métier, tout comme le lavoir des Fleurs, rue Beauregard.

Il y en avait un dans la cour de la vieille Charité, laquelle servit d’habitat social, jusqu’en 1962.

La lessive pouvait parfois se faire à la maison, on l’étendait d’un côté de la rue à l’autre, à l’aide d’une tyrolienne, en alternance avec la voisine d’en face...
A part le savon, on pouvait utiliser la saponaire officinale ( plutôt à la campagne), ou le lavandin, pour parfumer et désinfecter le linge.

Quelques proverbes pour finir :

A bona bugadiera, non manca péira a la ribiera ( une bonne lavandière fait feu de tout bois pour bien laver son linge).
Metre sa peira a la bugada ( se mêler indiscrètement à la conversation).
Metre sus la bugada : verser de l’eau chaude : accumuler les dettes, ou les fautes. Levem bugada !( finissons-en !).

Christine Findal.


Agenda

<<

2022

 

<<

Juin

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...