LES ASSURANCES ET LE RENARD DES SABLES

dimanche 19 avril 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 33%

LES ASSURANCES ET LE RENARD DES SABLES

Les commerces, restaurants, cafés, hôtels sont actuellement fermés et leur chiffre d’affaires est nul. Ils demandent à leur assurance une prise en charge de leurs pertes d’exploitation. Ils ont la désagréable surprise de se voir opposer un refus catégorique. Explication de la Fédération des Compagnies d’Assurances : « Les prises en charge reposent sur la mutualisation des risques. On défraie les quelques-uns qui sont accidentés avec les primes de tous les autres qui ne sont pas touchés. Or en pandémie tout le monde est touché, on ne peut pas mutualiser ».

Oui mais. En même temps, la dite pandémie réduit considérablement la circulation automobile, donc les accidents de voiture, ainsi que les visites aux médecins ou à l’hôpital pour d’autres maladies que le covid-19, donc les dépenses de santé. En tout, la pandémie diminue fortement les remboursements des assurances. Ce n’est que face à la pression de l’opinion et aux menaces du Président de la République que les assurances ont promis de bouger un peu.

Et le renard des sables ? Ce canidé saharien, en principe carnivore, est aussi, nécessité fait loi, frugivore. A l’occasion il se nourrit des baies de buissons qui poussent çà et là dans les dunes. On a observé que le renard ne mange jamais la totalité des baies d’un buisson. Il en laisse toujours quelques-unes, afin de ne pas détruire lui-même son garde-manger, qu’il laisse ainsi se reproduire.

Les petites entreprises qui feront faillite ne paieront plus du tout de primes aux compagnies d’assurance. Lesquelles, à vouloir tout manger tout de suite et d’un coup, risquent de stériliser leur poule aux œufs d’or. Faut-il être rusé comme un renard pour comprendre cela ?

Jacques Woda.


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...