Travail contraint

vendredi 1er mai 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 64%

Travail contraint

Pendant ces temps confinés, les petits travailleurs infatigables poursuivent leur mission. « Quand on est abeille, pas d’histoire, il faut aller butiner » écrit Michaud. Même si les fleurs sont toxiques et si ce n’est pas commode d’aspirer le suc avec un masque. Alors les soignants soignent, les éboueurs ébouent, les livreurs se livrent, les caissières encaissent, les conducteurs conductent et les écriverons écrivent. C’est une seconde nature, une contrainte intégrée, une nécessité aussi. Les métiers dévalorisés sont ainsi montés en première ligne et l’on a redécouvert leurs vertus, les sales boulots ont retrouvé un peu de noblesse, les « régimes spéciaux » stigmatisés par les contempteurs des régimes de retraite sont devenus des rouages essentiels. Même les fonctionnaires ont retrouvé la cote, les enseignants ça va sans dire (vous n’imaginez pas la galère pour faire la leçon à nos deux enfants) mais les autres aussi. On se prend même à regretter d’en avoir drastiquement réduit le nombre. D’ici à ce que l’on les revalorise, il n’y a qu’un pas. Encore faudra-t-il l’accomplir quand l’effort de guerre sera passé.

José Rose.


Agenda

<<

2022

 

<<

Juin

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...