Les Cons, ça ose tout ...

vendredi 6 novembre 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 45%

Les Cons, ça ose tout ...

« Les Cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît » nous rappelait justement Michel Audiard par la bouche de Lino Ventura dans le film culte Les Tontons Flingueurs.

Et les cons (finés ou pas), ça ne manque en ce moment, à commencer par Willy Schraen le tout puissant Président de la Fédération Nationale de Chasse qui revendique plus d’un million cent mille adhérents dont 2 % de femmes et 98 % de vrais mâles comme on les aime, autant d’électeurs potentiels dont il faut flatter la gâchette et caresser dans le sens du poil. Un drôle de pistolet que ce type, ce Willy Schraen, copain comme cochon avec le Président Macron, Gérard Larcher et Xavier Bertrand ... et qui vient d’obtenir une dérogation du gouvernement en plein confinement pour pouvoir user de la chevrotine et tirer en toute quiétude sur la faune sauvage.

Alors que les Français sont privés de sortie à plus d’un kilomètre de chez eux, la secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba a en effet donné dimanche dernier aux chasseurs un feu vert pour pratiquer leur activité et continuer à tuer durant le confinement, déléguant les travaux pratiques aux préfets qui se sont empressés, en bons chiens de chasse du pouvoir de satisfaire leurs maîtres.

Les fusils ne prendront donc pas la poussière et les coups de feu vont pouvoir à nouveau résonner dans les bois, contrairement aux braves gens, qui eux, n’auront droit qu’à un accès restreint à la nature.

Mais quand on vous dit que les cons ça ose tout, on est encore loin du compte car le ci-devant Willy va encore plus loin, en invitant ses troupes, alors que le droit pour l’instant l’interdit, à prendre, dans le cadre des attestations prévues, « une heure de détente cynégétique à moins d’un kilomètre de chez soi ». Ce cow-boy affirme sur les réseaux sociaux que « bien que notre secrétaire d’État nous affirme que cela n’est pas autorisé, d’autres sources aussi importantes au sein de l’État nous valident la possibilité de prendre cette heure de détente cynégétique dans le cadre légal de la chasse en vigueur. Je vais donc me référer à cette deuxième approche parce que l’activité de nature qu’est la chasse ne peut être moindre que celle des autres. Je vous souhaite donc de prendre un bol d’air à proximité de votre maison et de respecter scrupuleusement la distanciation sociale. »

C’est quoi une heure de détente cynégétique et un bol d’air pour un chasseur ? Imposer en meute sa funeste présence habillé de kaki avec son substitut de pénis à l’épaule ?

Du coup, les Trump de la gâchette se sont empressés de reprendre les fusils et d’exiger de nouvelles dérogations ne concernant pas seulement le gros gibier mais aussi d’autres espèces classées « nuisibles  », comme les renards et les pigeons ramiers. Mais cela ne leur suffit pas encore. Certains d’entre eux demandent de pouvoir bénéficier d’une dérogation pour nourrir les appelants détenus dans des parcs hors domicile. D’autres exigent le remboursement de leur permis de chasse pour cette saison. « Il n’y aucune raison de le payer si nous sommes privés de notre loisir favori  », déclarent-ils dans le magazine Chasse passion dont je vous recommande la lecture.

Alors, pourquoi un cycliste ou une randonneuse ne pourraient-ils, pas eux, se promener ? Pour profiter de la nature pendant le confinement, doit-on s’armer et tirer sur tout ce qui bouge dès lors qu’on possède un permis pour le faire ?

Et si on instaurait comme pour la loi de séparation de l’Église et de l’État, une loi de séparation de la Chasse et du gouvernement ?

Il n’est pas acceptable que les forêts ou les champs soient jetés en pâture aux chasseurs avec la bénédiction de l’État pour y exercer sans crainte leurs pratiques mortifères. Autoriser la chasse en cette période, revient non seulement à offrir un passe-droit dont les pratiquant-e-s d’autres loisirs ne bénéficieront pas, mais aussi à empêcher un répit bienvenu pour des espèces en danger d’extinction.

Décidément, les Cons ça ose vraiment tout, écoutez donc Henri Tachan quand il chantait :

« La chasse, c’est le défoulement national, c’est la soupape des frustrés,
La chasse, c’est la guéguerre permise aux hommes en temps de paix
 ».

https://www.youtube.com/watch?v=QiRp6cZBoA4

Hervé Thomas Barokh


Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...