Un éléphant, ça Trump énormément.

jeudi 12 novembre 2020
par  Hervé Thomas
popularité : 33%

Un éléphant, ça Trump énormément.

Je suis de mauvaise humeur.

OK, le suspense est fini. L’éléphant républicain a reçu le coup de pied de l’âne démocrate. Joe est élu, Donald est battu. Il n’est pas encore parti, c’est vrai. « Ce n’est qu’embarrassant » se contente d’observer Joe.

Je suis content de l’âne, mais ce qui me fait braire, c’est que 70 millions d’étatzuniens, près de la moitié du corps électoral, qui ne sont pas tous fous, ont voté Trump.

Cela veut dire qu’ils ont estimé que Trump répondait à leurs attentes et à leurs intérêts, devant quoi ses extravagances pouvaient être oubliées, négligées.

Quelles attentes ? America great again ? La suprématie blanche (quels droits humains ?) ? La peur (bleu démocrate) de Biden le "socialiste" ? Un Président fort, viril, cf Berlusconi en son temps, capable de se dresser comme un mur stoppant les hordes de bronzés du Sud ?

Sans doute un mix de tout ça, et d’autres remugles encore.

Ce que ces intérêts et ces attentes expriment, c’est une angoisse de l’avenir dans un monde injuste, de plus en plus inégalitaire, où chacun risque, se réveillant du rêve américain, de tomber dans la précarité et la misère. Il est tout à fait connu que dans des conditions de grande détresse, une réaction humaine fréquente et compréhensible est de se réfugier dans les bras d’un sauveur, d’un homme providentiel, énergique, dur peut-être, mais qui sait, lui, ce qu’il faut faire. Sauf que l’histoire montre aussi que démissionner, s’abandonner dans les bras d’un sauveur, fut-il un despote provisoirement éclairé, se termine toujours par des catastrophes.

L’adversaire responsable de ces injustices et inégalités insupportables est, à mon avis, le néo libéralisme actuel. Et plus précisément, car derrière les grands mots il y a toujours, au bout du bout, tout au bout, des personnes physiques qui décident, agissent, commandent, des personnes qui en profitent. Qui en profitent en fortune, en pouvoirs, en notoriété, en admiration de soi, en médailles, en luxe, etc…

Joe est l’une de ces personnes qui choient le néo libéralisme, qui le leur rend bien. Il a depuis quarante ans soutenu, conduit, influencé, la politique US. Il a été partisan de la guerre en Irak, et il réside dans l’état du Delaware, paradis fiscal bien connu. Je ne suis donc pas certain qu’il y ait beaucoup à attendre de lui.

Que faire ? Ce que chacun se sent pouvoir faire, plutôt collectivement que seul dans son coin.

Collectivement comment ? Par exemple, au hasard, en adhérant ou réadhérant à Attac.

Jacques Woda.


Agenda

<<

2022

 

<<

Juin

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Annonces

Retraité.e.s en colère

Une pétition en ligne a été mise en place par les 9 organisations de retraité/es qui se sont réunies ce 11 avril : http://www.retraitesencolere.fr/ pour demander une loi de finances rectificative avec la suppression de l’augmentation de la CGS, la fin du gel des retraites et leur revalorisation. Une manière de maintenir la pression et de ne rien lâcher...